AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Angel's Breaking-up !
Le forum sort d'une période d'hiatus de 3 mois, on repart de zéro !
Nous recrutons un modo pub ! Envoyez un MP à Jamie
Des RPs rapides (de quelques lignes) sont possibles, conditions ici

Partagez | 
 

 No church in the wild {Liah}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: No church in the wild {Liah}   Sam 3 Mar 2012 - 23:28


Depuis la chute de son créateur, son mentor, son Dieu, Michael avait quitté les nuages pour l’espace des humains, foule à laquelle il parvenait à s’intégrer, dans laquelle il se fondait pour avoir l’impression d’être n’importe lequel d’entre eux, espérant qu’ainsi, la peine serait moins lourde. Malgré le temps et les occupations diverses auxquelles il s’adonnait, il n’était pas parvenu à surmonter la perte de l’homme qu’il avait tant admiré, rien n’avait su combler le vide qu’il avait laissé, ni la guerre, ni la mort, ni les femmes et encore moins ses nouvelles responsabilités auprès du fils de celui-ci. La seule raison pour laquelle il avait décidé de le suivre, c’était par respect et allégeance envers un créateur qui n’était plus et qu’il pensait voir ressusciter du jour au lendemain, par un miracle que plus personne n’espérait et n’attendait à part lui. Durant son exil, il avait même fini par se demander si des anges n’étaient pas dans le coup en constatant à quel point ils s’étaient tous accommodés de cette disparition avec une facilité déconcertante. Etait-il le seul à encore se souvenir du mot loyauté ? Ou peut-être que c’était lui qui avait tort, lui qui restait cloisonné dans un passé révolu qui n’avait plus rien à lui apporter. S’il se refusait à voir la vérité en face de peur que cela s’apparente à de la pure trahison, il ne pouvait néanmoins nier des faits qui s’avéraient être irréfutables. Alors, sa peine n’en était que plus grande encore. Ses repères avaient malheureusement disparus et il se retrouvait comme un enfant qui perd soudainement ses parents et n’a plus aucun repère, il testait les limites, attendant sans doute qu’on finisse par lui taper sur les doigts pour lui indiquer la bonne direction mais cette époque semblait révolue. Désormais, c’était lui qui décidait de la marche à suivre et des règles à respecter ou non, avec l’aval du fils du créateur, c’était également lui qui faisait régner l’ordre et faisait appliquer la nouvelle loi chez les anges rebelles et réticents. Pourtant, malgré ce nouveau poste important, il passait beaucoup de son temps libre sur terre, appréciant, plus qu’il ne l’aurait imaginé, la simplicité de ces êtres dont la mort était assurée et qui pourtant, continuaient à vivre sans y penser, comme si ce jour était le dernier et à vrai dire, il enviait leur innocence, tout comme leur liberté. Etre un ange n’était pas chose aisée et il eut l’occasion de s’en apercevoir au fil des siècles.

Vivre sans attache, sans personne avec qui partager ce qu’on ressentait avec une force qui était pleinement étrangère à tout être humain, c’était une idée avec laquelle il devait vivre et ce pour l’éternité ou presque. Il n’avait jamais cru à la possibilité de l’amour pour quelqu’un de son espèce, quelqu’un qui avait été créé pour répandre la mort et le désespoir n’était clairement pas fait pour engendrer quoi que ce soit de bon ou de beau, pour être capable d’aimer comme Dieu le prôna de son vivant. Malgré tout, quand le choix lui fut donné de tout brader pour enfin vivre tout ça, goûter à la joie d’être mortel et d’avoir à se soucier que des siens et de sa petite personne, il refusa de quitter les rangs des anges pour si peu, son amour du pouvoir était bien plus fort qu’une hypothétique relation qui serait en mesure de le transcender davantage que l’idée d’une mission accomplie. De son point de vue, l’amour était le fait des humains, leur cadeau offert directement par Dieu et quand les anges tentaient de se l’approprier, d’en user et de le répandre, cela se terminait forcément par une catastrophe ou par des relations inappropriées avec des démons. Et il fallait être complètement fou pour rendre ses ailes, ses pouvoirs et son invulnérabilité pour revêtir le costume d’un mortel et espérer que cet amour trouvé parmi les êtres humains, dure jusqu’à la mort. Pourtant, d’une certaine manière, c’était faire preuve d’un courage complètement fou, tout brader pour essayer de vivre quelque chose qui pouvait se faner du jour au lendemain. Il n’avait jamais eu ce courage, tout comme il n’avait jamais croisé de femme suffisamment intéressante pour lui donner envie de sacrifier quoi que ce soit. Sa vie, c’était sa loyauté et sa foi, il l’avait confié entre les mains de celui qui lui avait donné forme et existence mais depuis sa disparition, il n’avait remis sa vie entre les mains de personne, craignant que ça lui porte préjudice, de quelque façon que ce soit.

Pourtant, les femmes, il les collectionnait, s’y noyait même jusqu’à en perdre toute raison et notion du temps. Ce n’était pas leur personnalité qui lui plaisait mais bel et bien leurs charmes, leur faculté à l’enivrer d’un regard, à chercher à le séduire, à le conquérir même. De tous les anges, Michael avait toujours été le moins sage d’entre eux, si son obéissance et sa confiance étaient sans borne, il ne pouvait néanmoins s’empêcher de succomber au péché de la chair comme d’autres faisaient preuve d’avarice ou de gourmandise. Les femmes, humaines de surcroît, furent, de tout temps, son péché mignon et malgré les réprimandes de son seigneur et père, il fut incapable d’y renoncer. A quoi cela pouvait-il servir de combattre jour après jour si on n’avait le droit à d’autres récompenses que l’amour sans borne d’un père, la reconnaissance et le respect de ses paires et davantage de pouvoir ? Il n’était pas le seul et si le commun des mortels se faisait une idée plutôt erronée de ce qu’était un ange, ceux qui peuplaient le ciel en étaient bien loin. Comme tout soldat qui se respecte, il n’y avait rien qui le consolait plus que les bras graciles d’une créature qu’il aurait pu briser en la serrant trop fort et qui pourtant, parvenait à le mener vers des sommets de volupté. Ses plus vieux amis n’avaient de cesse de prétendre qu’il devait être le père d’une sacrée ribambelle d’enfants illégitimes, et s’ils en riaient tous en imaginant l’énergumène qu’il était en père attentionné, personne n’aurait pu imaginer que cette boutade était vraie. Même pas lui.

Une cigarette au bout des lèvres, il parcourait la rue à grandes enjambées, sortant tout juste de l’appartement d’une belle blonde qui lui avait gracieusement offert une bière, s’invitant à sa table avec une subtilité qui l’avait beaucoup amusé, il n’avait pas eu le cœur de refuser. Il avait toujours adoré les femmes de caractère, il avait d’ailleurs failli perdre le Nord à de nombreuses reprises à cause de certaines d’entre elles. Elles lui faisaient souvent perdre ses moyens avant qu’il ne finisse par le réaliser et coupe court. Non, on ne le prendrait pas à ce jeu-là. Il menait la danse et ça s’arrêtait là. Il tira une autre taffe sur sa clope alors qu’une odeur familière chatouillait déjà ses narines et qu’une aura surpuissante rencontra le sien. Il n’était pas seul dans le coin, c’était une certitude mais surtout, celle qui se trouvait là n’aurait pas dû se balader à une heure pareille et seule, de surcroît. Il était un prédateur, ce genre de détail ne lui échappait jamais. En un clin d’œil, il se trouva près d’elle et faisant fi du respect qu’il devait à son rang, l’attrapa par le bras l’obligeant à lui faire face, plus violemment qu’il ne l’aurait voulu, sa cigarette visée entre ses lèvres, l’air passablement agacé. Les gonzesses, il fallait toujours qu’elles n’en fassent qu’à leur tête avant de crier au secours pour qu’on vienne leur sauver les miches !


« Qu’est-ce que tu fous là Liah ? Et où est ta garde rapprochée ? Est-ce que je dois te rappeler que tu n’es pas n’importe qui et que tu risques plus que tout le monde ?! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jamie K. Hemersfield
Admin ☆  'Cause I may be bad but I'm perfectly good at it
Admin ☆ 'Cause I may be bad but I'm perfectly good at it
Avatar : Teresa Palmer
Crédit : Cripsow
Âge : 26 ans / 955 ans
Statut : Célibataire
Pouvoirs : Exploser les molécules ▬ Technokinésie
Optique : Je crée ma propre victoire
Messages : 4961

Vos caractéristiques
Maîtrise des arts:
0/100  (0/100)
Puissance des Pouvoirs:
105/200  (105/200)
Répartition de vos points pouvoirs/arts:
MessageSujet: Re: No church in the wild {Liah}   Dim 1 Avr 2012 - 21:29
On aurait pu croire que la fille du fondateur, après tout ce qu'elle avait vécu, aurait sombré dans l'oubli, pleurant les êtres qu'elle avait perdus et qui lui étaient chers. Elle aurait pu se laisser aller, s'apitoyer sur son triste sort et laisser les autres se débrouiller sans elle. Qui lui en aurait voulu ? Elle avait perdu toutes les raisons qui lui donnaient envie de vivre. L'homme qu'elle aimait, tout démon qu'il était, la fille qu'elle avait eue avec lui, et son père ainsi que sa mère, il y a de cela de longues années. Il lui restait un frère qui lui en voulait et la traquait au même titre que les autres, et une mère de cœur qui ne pourrait hélas jamais remplacer ses réels parents, malgré tout l'amour qu'elle pouvait lui donner.
Pourtant, Asaliah n'avait jamais fléchi. Elle n'avait jamais laissé tomber et au lieu de renoncer, elle était sortie de chacune de ces épreuves un peu plus forte. Elle avait mal, chaque jour qui passait. Chaque aurore lui rappelait qu'elle vivrait une journée de plus sans ceux qu'elle chérissait. Mais elle se servait de cette douleur pour se battre, pour que ceux qui étaient morts le soient pour une bonne raison, et non en vain. C'était là son combat depuis près de 300 ans et durant toutes ces années, jamais elle n'avait laissé personne diriger sa vie comme cela avait été fait auparavant. Désormais, elle était libre, indépendante, forte et battante. Rien ne pourrait l'arrêter, il faudrait la tuer pour cela, et elle n'avait aucune intention de se laisser faire.

Ceci étant dit, elle ne supportait guère que certains qui étaient de son côté s'imaginent qu'elle avait besoin d'une protection particulière ou qu'il fallait la couver. Nombreux étaient ceux qui avaient essayé, mais chacun fut remis à sa place et renvoyé d'où il venait. Jusqu'à présent, Liah ne s'était pas mal débrouillé seule et elle comptait bien poursuivre son chemin.
Aussi, c'est sans aucun complexe et sans inquiétude que la jeune femme, du moins en apparence, se baladait sur Terre, son lieu de prédilection depuis qu'elle était recherchée à la fois par les ennemis et par les siens. Bien évidemment, elle ne se baladait pas en criant sur les toits qui elle était ou en se montrant à tout le monde. Elle voyageait souvent de nuit, même si les démons aimaient cette période, car malgré tout, les risques étaient moins grands de se faire repérer ou reconnaitre. Elle se camouflait sous une cape avec une capuche, sans ignorer que son aura la trahissait toujours. Mais lorsqu'il le fallait, car elle aussi sentait les auras des autres, elle usait de son pouvoir pour être invisible et fuyait en ralentissant le temps.

Elle avait toujours pensé que ses pouvoirs étaient inutiles, purement défensif et tout à fait sans intérêt lors d'un combat... ou si peu. Elle ne pouvait tuer personne, en tout cas, elle était destinée à fuir. Toutefois, depuis qu'elle était recherchée activement par tous les immortels et même les mortels, désormais, elle voyait en ses pouvoirs beaucoup de qualités. Comme si, depuis toujours, le destin avait su qu'un jour viendrait où elle devrait pouvoir fuir en toutes circonstances. Comme si elle était née avec ces pouvoirs car l'avenir les lui rendrait bien utiles. Désormais, elle réfléchissait souvent à ce qu'on appelait le destin. Même si elle ne préférait pas y croire, choisissant d'être maître de ses propres actes, il y avait tout de même de quoi se poser des questions... Etait-ce vraiment un hasard si aujourd'hui, elle pouvait disparaitre aussi facilement ? Si ses pouvoirs lui avaient sauvé la vie un nombre incalculable de fois ?
Tout en ignorant la question, elle aimait à penser que c'était là un cadeau de son père... peut-être avait-il su. Elle ne pourrait plus jamais le lui demander, mais elle l'avait suffisamment connu pour savoir qu'il était capable d'une telle chose. Et alors, il avait admirablement bien fait son travail.

Malgré tout, ce n'était manifestement pas de l'avis de tous. C'était un soir comme un autre, où elle se rendait vers le quartier général pour y rencontrer ses contacts afin d'en savoir un peu plus sur le Réseau, ses actions, ses mouvements, mais aussi pour acquérir les dernières nouvelles sur les actions des anges et des démons. Les mortels n'étaient plus en dehors de l'histoire, désormais, ils étaient en plein dans l'action, et nombreux étaient ceux qui collaboraient, soit avec les anges, soit avec les démons... voire même les hybrides. Certains revendaient ces informations à d'autres immortels, chacun avait son prix en ces temps de guerre.
Les contacts de Liah étaient bon marché, car ils croyaient en Liah et en ce à quoi elle croyait elle-même : les hybrides comme avenir du monde.
Aussi se faufilait-elle entre les rues, lorsqu'elle sentit une aura qui lui était relativement familière. Elle n'eut guère le temps d'y songer plus qu'elle fut agrippée par le bras et retournée comme une crêpe.
Un homme d'une stature impressionnante se trouvait en face d'elle, pourtant aucune peur ne vint parcourir le visage de la jeune femme. Elle connaissait cet ange-là et malgré son air revêche, elle ne le craignait pas.

Il l'agressa en lui demandant ce qu'elle fichait là, seule, avec un brin de morale à l'appui. Liah leva un sourcil, perplexe. Puis elle ne put s'empêcher de pouffer, avant de regarder autour d'elle.

« Sérieusement ? Une garde rapprochée ? Mais de quelle planète tu sors, mon grand ? Une garde rapprochée, c'est vrai que ça rend vachement inaperçu ! Je devrais peut-être y songer, qui sait, avec un peu de chance, ils parviendront à empêcher le troupeau de démons qui arriveraient pour me tuer ! »

Elle se dégagea le bras sans douceur et s'éloigna de quelques pas pour se mettre à l'abri d'un bâtiment.

« Tu empestes la cigarette et tu es en train de me rendre vulnérable. Qu'est-ce que tu veux, Michael ? Je n'ai pas que ça à faire ! » dit-elle alors plus sérieusement, le regardant de haut... du moins c'était l'intention, il avait au moins une tête de plus qu'elle.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: No church in the wild {Liah}   Dim 22 Avr 2012 - 11:50



Les femmes, s’il les aimait pleine de caractère et loin d’être effarouchées, cela ne concernait que le domaine de la séduction, pour le reste, il ne supportait pas l’insubordination, la rébellion et encore moins l’insolence. Il restait un soldat et de surcroît un général, il fallait que les choses soient carrées et que l’ordre soit respecté. Toute sa vie avait été programmée selon un plan parfaitement militaire et il n’y dérogeait jamais. Peu importait l’heure à laquelle il avait trouvé le sommeil, cela ne l’empêchait pas de s’entraîner le lendemain matin à la même heure, avec autant d’acharnement, si ce n’était plus quand il avait un peu trop bu et que les effets se faisaient encore sentir. Il était dur avec les autres, tout autant qu’il pouvait l’être avec lui-même, alors il estimait normal qu’on lui donne ce qu’il offrait sans crainte. Certes, depuis la mort du chef suprême, son allégeance à son fils était toute relative, sans doute parce qu’il avait ce sentiment de supériorité qui l’étreignait chaque fois qu’il se trouvait en sa présence. Non seulement il était plus âgé mais en plus, il était bien plus puissant que son nouveau chef ne pouvait se l’imaginer. Il aurait tout aussi bien pu refuser de le servir et n’en faire qu’à sa tête mais il ne faisait pas partie de ces anges rebelles à la volonté aussi changeante que le temps, il avait été élevé dans la discipline et avait, tout logiquement, choisi le côté où il avait le plus de chance de ne pas être totalement déséquilibré. Pour se sentir bien, il avait besoin d’un savant cocktail de liberté et de sévérité, ainsi, il s’épanouissait et pouvait accomplir de grandes choses, même si pour le moment, les missions qu’on lui donnait n’étaient que des missions subsidiaires et sans grand intérêt, bien loin de ce qu’il accomplissait naguère pour Dieu. Bon sang, s’il avait été à la tête des cieux, les choses auraient été différentes, jamais il n’y aurait eu la moindre insurrection, il l’aurait étouffé dans l’œuf à grand renfort de violence et de feu, il n’était pas un politicien mais un grand tacticien et surtout, il savait mieux que personne, depuis le temps qu’il les fréquentait, que les anges ne se rebellaient que lorsqu’il sentait que la situation s’y prêtait, de par son instabilité. Si on leur montrait qu’on avait les choses en mains et qu’on était prêt à tous les massacrer si la nécessité l’exigeait, ils se tenaient à carreau et montraient tout le respect qu’ils devaient à un supérieur. Mais ça, il s’était bien gardé d’en parler à son supérieur, il était persuadé que ça pourrait lui servir plus tard, au cas où on aurait besoin d’un véritable chef avec la tête sur les épaules et l’esprit ancré dans la réalité et bien moins dans des entreprises périlleuses mais surtout inutiles.

A ses yeux, tout partait dans tous les sens et même les plus aguerris se sentaient complètement perdus. Il avait beau faire partie d’un côté, cela ne l’empêchait pas de continuer à fréquenter ces hommes qui, autrefois, furent sous ses ordres ou même à ses côtés dans les batailles les plus sanglantes, ils étaient ses amis, camp adverse ou pas. Eux-mêmes ne savaient plus où donner de la tête, la mort du créateur avait été terrible à surmonter et certains regrettaient déjà cette époque bénie où l’ordre régnait partout, ou presque. Voilà pourquoi Michael tenait tant aux traditions et aux choses qui furent, de tout temps, immuables. Comme la place de la femme et son rôle, il ne les avait jamais réellement jugé comme des égales et il avait toujours eu un mal fou à supporter que l’une d’entre elles se permette de lui parler comme s’il était un sous fifre ou bien tout simplement le roi des abrutis. Il pouvait alors entrer dans une colère noire, fragile ou pas, il avait parfois une furieuse envie de leur coller une bonne correction pour leur apprendre le respect et la politesse. Comme ce soir, il avait toujours eu beaucoup de respect pour Asaliah, ce qu’elle était et surtout qui elle était mais il ne fallait pas dépasser les bornes et elle flirtait un peu trop avec à cet instant précis, heureusement pour elle, il avait passé une très bonne soirée et n’avait pas des prédispositions à partir dans une crise de colère dévastatrice. Dieu seul savait comment cela aurait pu finir. Elle se dégagea de sa prise avec autant de violence que lorsqu’il s’était saisi de son bras et plutôt que de l’attraper de nouveau, rien que pour l’emmerder, il recula d’un pas et tira sur sa cigarette, espérant que la nicotine le calmerait.

« J’avais oublié que tu étais du genre bad girl, à te faire sauter par des démons et à pondre des monstres, mi démon, mi ange. C’est clair que pour les filles comme toi, les escortes sont inutiles … Mais puis-je te rappeler que ton père, l’être le plus puissant de l’univers, a été balayé comme un vulgaire moustique, alors je te laisse imaginer ce qu’il pourrait advenir de toi ! Je savais que tu étais casse-couilles mais j’ignorais qu’à ta palette de qualités, tu avais en prime la bêtise, la prétention et la suffisance. Ca fait beaucoup pour la même personne ! »

Il lui souffla sa fumée en plein visage avant de jeter sa cigarette et de l’écraser du bout du pied. Il se montrait désagréable que lorsqu’on le cherchait et autant dire qu’elle l’avait assez titillé pour qu’il se montre exécrable.

« Oh, je suis en train de te rendre vulnérable … T’auras qu’à les pétrifier d’une des attaques dont tu as le secret, tu sais, arrêter le temps à mort, jusqu’à ce qu’ils aient tellement peur qu’ils se pisseront dessus de rire! » balança-t-il avec un cynisme décapant « Moi non plus je n’ai pas que ça à foutre, mais j’ai promis à ton père de toujours veiller sur toi, c’est ce que je fais ! Que ça te plaise ou non ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: No church in the wild {Liah}   
Revenir en haut Aller en bas
 

No church in the wild {Liah}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angel's Breaking-Up :: Livre 2nd ☆ Ville Morte :: Ruines de l'hôtel de ville-
Sauter vers: